UE: la presse européenne très critique

7ba1f27c09-fb31-4ec8-aa52-879eb2c03be27dfile1_4

Herman Van Rompuy

«Deux inconnus», «deux figures ternes»: les quotidiens européens ne montrent guère d’enthousiasme pour le tandem Van Rompuy-Ashton placé par les 27 à la tête de l’UE. La presse européenne se montre vendredi très critique sur les nominations à Bruxelles du Premier ministre belge Herman Van Rompuy comme premier président de l’Union européenne et de la Britannique Catherine Ashton au poste de Haut représentant de l’UE aux affaires étrangères.

Dans un commentaire en ligne, le journal espagnol El Mundo (centre-droit) se montre dubitatif à propos de ces « ces deux inconnus sur la scène européenne et encore plus internationale » qui « assumeront la représentation des 27 dans le monde ». Pour El Pais, « La nouvelle Europe concrétisée par le Traité de Lisbonne sera commandée par deux figures ternes et de bas profil ».

La presse allemande juge également Herman Van Rompuy et Catherine Ashton incapables d’incarner une voix européenne forte. « Ces deux personnalités (…) peuvent-elles incarner cet élan promis par ceux qui nous gouvernent? Le traité de Lisbonne est la version quelque peu allégée de ce qui avait à l’origine été baptisé Constitution de l’UE. Le mot était trop grand pour les ambitions des Européens. Ceux de ministre des Affaires étrangères et de président de l’UE ont maintenant l’air bien grands », affirme ainsi le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ, conservateur). Pour la Frankfurter Rundschau, « l’Union européenne s’est trouvé « des dirigeants sans éclat, sans vision voire en partie sans expérience dans le domaine requis ».

Mêmes sons de cloche dans la presse britannique, le Financial Times affirmant que « ces nominations jettent un doute sur leur capacité (des intéressés) à rivaliser avec Washington et Paris ». « Le choix de deux personnalités relativement inconnues (…) est un objet de consternation pour ceux qui voulaient donner plus de poids à l’Europe sur la scène mondiale », écrit encore le journal. Pour le Guardian, ce choix a réduit à néant « tous les espoirs de l’Europe de forcer le monde à lui prêter une attention nouvelle ». « Le continent, la nuit dernière, s’est éloigné de la table des grands, manquant une chance réelle de se maintenir au niveau du monde du G2 dominé par les pôles jumeaux Washington et Pékin », conclut le quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>