Afrique du Sud: les manifestations pour une éducation gratuite se poursuivent

Des étudiants défient la police à l'université de Witwatersrand, à Johannesburg, le 4 octobre 2016. Photo Reuters Siphiwe Sibeko

Des étudiants défient la police à l’université de Witwatersrand, à Johannesburg, le 4 octobre 2016. Photo Reuters Siphiwe Sibeko

En Afrique du Sud, certaines universités sont toujours fermées comme la plus grande fac de Johannesburg, Wits, qui a dû à nouveau fermer ses portes cette semaine après des heurts entre étudiants et forces de l’ordre. Le mouvement national de contestation agite les universités du pays depuis deux semaines, lorsque le gouvernement a recommandé une augmentation des frais universitaires limitée à 8%. Alors que les étudiants demandent purement et simplement une éducation gratuite.

La contestation étudiante ne faiblit pas et a relancé le débat sur le droit à l’éducation gratuite. L’Afrique du Sud peut-elle et doit-elle offrir une éducation gratuite pour tous ? Une année de frais universitaires coûte au minimum 2 000 euros. Les universités se plaignent du manque d’argent. Le budget de l’Etat pour l’éducation supérieure ne représente que 0,75% du produit intérieur brut.

Et pour la première fois, le ministre sud-africain des Finances, Pravin Gorhan a suggéré que le gouvernement n’avait pas les moyens de rendre l’éducation supérieure gratuite. « Le gouvernement fait au mieux pour répondre au besoin immédiat. Nous devons travailler ensemble pour répondre aux attentes de tous. Pour l’instant, il est impossible de dire quand il sera possible d’avoir une éducation gratuite pour tous. En tout cas, une éducation gratuite pour les plus pauvres est sur la table », a-t-il souligné.

Le gouvernement s’est toutefois engagé à prendre en charge l’augmentation des frais universitaires pour les étudiants les pauvres. Mais selon les manifestants, ces mesures excluent encore des milliers d’étudiants noirs. Ils rappellent que l’éducation gratuite était une promesse de l’ANC (Congrès national africain) quand le parti est arrivé au pouvoir. Mais là aussi les autorités tempèrent et précisent qu’il a toujours été question d’éducation gratuite pour les plus pauvres et non pour tous.

Source RFI 06/10/2016

Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique Afrique, Afrique du Sud, rubrique Education, rubrique Politique, Société civile, Politique de l’Education rubrique Société, Mouvement sociaux, Citoyenneté,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>