Paris et Pékin se réconcilient, mais des ambiguïtés demeurent

La réconciliation franco-chinoise scellée par une rencontre à Londres des présidents Nicolas Sarkozy et Hu Jintao a été accueillie avec prudence en Chine, où les commentateurs relèvent que le communiqué conjoint publié in extremis avant le G20 ne lève pas toutes les ambiguïtés. Près de quatre mois après l’entretien entre Sarkozy et le dalaï lama, qui avait provoqué la colère de Pékin, les deux pays ont réussi à trouver un terrain d’entente à l’issue de négociations ardues.

« On a l’impression que pour arriver à ce consensus, il a fallu parcourir un long chemin, il y a sûrement eu des discussions pénibles », juge Xing Hua, chercheur à l’Institut chinois des relations internationales à Pékin.
A propos du Tibet, ce communiqué souligne que « dans le respect du principe de non-ingérence, la France récuse tout soutien à l’indépendance du Tibet sous quelque forme que ce soit ». « Si ces principes sont mis en pratique, la Chine et la France pourront retrouver des relations qui étaient traditionnellement bonnes » depuis l’établissement des relations diplomatiques il y a 45 ans, dit Xing Hua.

Chaque mot du communiqué conjoint — qui souligne aussi l’attachement des deux capitales au « partenariat stratégique global » –, a sûrement été soigneusement pesé. Car si la France y manifeste son refus de soutenir l’indépendance du Tibet, rien n’est dit sur le dalaï lama, chef spirituel des Tibétains, lequel plaide, depuis plusieurs années, pour une autonomie au sein de la Chine. « On doit se contenter pour le moment de ce résultat, des principes ont été réaffirmés, c’est une bonne nouvelle, on ne doit pas être excessivement  exigeant », affirme Xing Hua.

Cependant, pour Ding Yifan, chercheur dans un centre de recherches dépendant du Conseil d’Etat (gouvernement), « la Chine doit rester extrêmement vigilante » sur la question tibétaine. Le dalaï lama se livre à ses activités en Occident depuis de nombreuses années. Il a une influence qui n’est pas négligeable et les pays occidentaux, notamment la France, ont des divergences compliquées depuis longtemps avec la Chine sur la question tibétaine », relève-t-il. Pour le chercheur Xing Hua, les deux pays doivent surtout reprendre le fil des discussions au plus haut niveau pour « réellement et solidement trouver des bases fortes pour leurs futures relations ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>