COP 21: Les négociateurs comptent les virgules du texte final en ignorant la société civile et la réalité

Climat : coulisses de la conférence COP 21 (3) les négociateurs comptent les virgules du texte final en ignorant la société civile et la réalité

Comme dans une très ancienne publicité pour un grand magasin parisien « Il se passe toujours quelque chose dans les salles de la COP 21 ».

Dans les espaces réservés aux associations, aux groupes de pression divers et variés, aux organisations nationales et internationales, aux petites nations qui coulent dans les mers sans réussir à se faire entendre, l’urgence est omniprésente ; grâce aux organismes innombrables qui parlent concrètement de la situation des océans, des forêts, des glaciers qui fondent, de l’agriculture différente, de la biodiversité, de la disparition des ours blancs, des cris d’alarme des peuples indigènes ou des premiers réfugiés climatiques. De rares journalistes bien seuls viennent écouter la litanie des malheurs qui affectent la planète. Effervescence et accumulations d’informations qui martèlent la réalité et rappellent que le réchauffement climatique « c’est maintenant » et non pas pour les années 20, 30 et 50 ou pour la fin du siècle. Les observateurs accrédités expliquent tout ce qu’ils observent depuis des années et les scientifiques comme le climatologue Jean Jouzel rappellent que leurs calculs les plus pessimistes restent à l’ordre du jour et que la limite des deux degrés est déjà atteinte dans des nombreuses régions du monde…Plus que jamais les contacts entre les responsables politiques qui n’osent rien faire et les représentants d’une société civile qui ne sait plus quoi dire ou faire, sont rompus ou impossibles. Une seule obsession : l’accord à tout prix, même s’il ne rime à rien.

Quand les journalistes réussissent à se glisser dans les groupes de discussions de diplomates avant de se faire virer manu militari car le « cuisine interne ne doit pas être goûtée, ils constatent que la réalité de la planète et des envolées écologiques des chefs d’Etat et de gouvernement Ne sont pas à leur ordre du jour. Ils n’ont qu’une hantise, les voyageurs de commerce du climat : se débarrasser le plus rapidement possible des quelques 1500 parenthèses et autres restrictions qui ornent et hachent les 54 pages du texte qui reste en discussion et qui doit en principe être prêt, au moins en partie, avant samedi prochain. De virgules en crochets, de verbes conjugués au conditionnel en phrases alambiquées destinées à noyer ce qui reste de poissons dans la mer épuisée, ils s’efforcent de rédiger des compromis qui feront plaisir à tout le monde sans rien décider. Et surtout en évitant toute contrainte et tout contrôle. L’exercice n’est pas facile, mais ils y travaillent tous d’arrache-pied pour que soit affiché le 11 décembre prochain un accord en trompe-l’œil qui pourrait (pourra…) faire illusion. Avec la bénédiction des pays riches soulagés et des pays du Sud résignés à grignoter quelques maigres subventions. Lesquelles seront récupérées par les entreprises des pays industrialisés

A se demander aussi à contempler les contorsions des négociateurs, si ces diplomates de la synthèse ont écouté les déclarations enflammées de leurs dirigeants qui ont rivalisé de lyrisme pour annoncer la fin du monde à la tribune de la COP 21. Car dans les échanges qui se succèdent depuis dimanche dans les arrière cuisine de la négociation, il n’est plus jamais question de la peine des habitants de la terre et des destructions de l’environnement.

A se demander aussi, combien de chefs d’Etats et de gouvernement sont intimement et réellement persuadés que l’urgence climatique est une réalité autre que politique…

Source Blog Politis 1er décembre 2015
Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique Ecologie, rubrique Politique, Société civile, rubrique Société, Citoyenneté,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>