Brésil : les trois chantiers de Dilma Rousseff

4513620_7_4239_a-rio-de-janeiro-le-27-octobre_df76c6db62d5a98aa58d5ec420f3f857La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a été réélue de justesse dimanche 26 octobre au second tour. Avec 51,6 % des suffrages contre 48,4 % pour son adversaire, Aecio Neves, elle obtient le plus faible écart de voix depuis la fin du régime militaire (1964-1985) et l’instauration du scrutin présidentiel au suffrage universel en 1989. A peine réélue, Dilma Rousseff a esquissé, dimanche soir à Brasilia, ses trois priorités : la réforme des institutions, la lutte contre la corruption et la relance d’une économie à la peine.

La réforme de la Constitution

L’idée n’est pas inédite. Depuis des années, la réforme du système politique, indispensable dans un système à bout de souffle avec 28 partis représentés au Congrès de Brasilia, revient périodiquement sur le devant de la scène. Mais aucun gouvernement n’a encore osé mettre en œuvre ce vaste chantier. Quelques semaines après le début de la fronde sociale de juin 2013, Dilma Rousseff avait proposé un changement des règles en créant une assemblée constituante chargée de préparer une profonde « réforme politique ». La proposition avait été retirée au bout de quarante-huit heures devant le rejet d’une majorité de députés, soutenus même par certains élus du Parti des travailleurs.

Dimanche soir, Dilma Rousseff a fait de cette réforme la priorité de son second mandat. Sans dévoiler le contenu de son projet (financement des partis, représentativité électorale, mode de scrutin, etc.), la présidente a promis de promouvoir cette réforme en dialoguant avec le Parlement et en consultant les Brésiliens par référendum. L’éventualité d’une réforme constitutionnelle menée par une assemblée constituante viserait à passer outre le barrage des parlementaires, peu motivés par l’idée d’une perte de certains privilèges.

La lutte contre la corruption

La corruption s’est imposée comme un thème central de la campagne présidentielle. Face aux affaires, l’intolérance des Brésiliens vis-à-vis de ce fléau n’a cessé de croître. Avec un montant difficile à mesurer en termes financiers, le préjudice pour le pays s’élève, au bas mot, à 0,5 % du PIB, selon le site Internet Congresso em Foco.

De nouvelles bases légales ont été établies lors du premier mandat de Dilma Rousseff. Le Sénat a approuvé un projet de loi criminalisant la corruption et la loi dite « Ficha limpa » (« fiche propre » ou « casier judiciaire vierge ») est entrée en application. La présidente, elle-même, a limogé en 2011 sept ministres soupçonnés de corruption. Il n’empêche. Même si le PT a réussi à faire passer l’idée que la corruption n’était pas sa marque exclusive, les scandales, comme celui impliquant le producteur de pétrole Petrobras, ont durablement terni son image.

Au cours de la campagne, Dilma Rousseff a promis de durcir les lois contre la corruption, dont celles qui punissent les fonctionnaires convaincus d’enrichissement illégal. Dès dimanche soir, elle a insisté sur le fait qu’elle allait chercher à appliquer davantage les lois déjà votées, et sévir contre l’« impunité qui protège les corrompus ».

La relance de l’économie

Elue en 2010 dans l’euphorie finissante de l’âge d’or de la présidence Lula, Dilma Rousseff a hérité d’une croissance économique annuelle de 7,5 %. Cette année, Brasilia ne table plus que sur 0,7 % de hausse de PIB – voire 0,3 % selon l’OCDE. En 2015, le pays ne devrait pas connaître une croissance supérieure à 1,7 % selon les prévisions les plus optimistes, une estimation en dessous de la moyenne mondiale et très loin des autres grands émergents du club des Brics.

Attaquée sur son maigre bilan marqué par une croissance ralentie et une inflation qui frôle le plafond officiel (6,5 %), la présidente a évoqué ces derniers mois un contexte international dégradé, assurant qu’elle a créé les bases d’un nouveau cycle de croissance. Le chômage est certes à un plus bas historique (4,9 % en septembre), mais de nombreux autres indicateurs ont basculé dans le rouge. Les exportations ont diminué et devraient être pénalisées par la baisse des cours des matières premières. L’industrie, elle, peine à retrouver un nouveau souffle et le coût de la vie est devenu de plus en plus élevé.

Dilma Rousseff a promis de mener une réforme fiscale et de continuer à augmenter le salaire minimum. Elle a également réaffirmé son engagement en faveur de la discipline budgétaire et à contenir l’inflation. Dès lundi, Mme Rousseff devait se mettre au travail pour trouver un successeur à Guido Mantega, l’ex-ministre des finances lâché par la présidente afin de donner des gages aux marchés et aux investisseurs tentés par le candidat Neves. Selon les spécialistes, une des difficultés du futur ministre sera de rétablir les canaux de communication avec les différents secteurs économiques avides de réformes structurelles. La Bourse de Sao Paulo, la principale place financière du Brésil, a chuté de 6 % lundi peu après l’ouverture de la séance, au lendemain de la réélection de Dilma Rousseff.

La tâche de Dilma Rousseff et de son futur gouvernement sera d’autant plus difficile que la coalition gouvernementale a été affaiblie au Congrès. Lors des législatives du 5 octobre, son Parti des travailleurs (PT) est passé de 88 à 70 élus. Il garde certes, avec son allié de la coalition gouvernementale, le Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB), la majorité au Congrès, mais cette majorité devra désormais composer avec un nombre inédit d’élus conservateurs.

Nicolas Bourcier

Source : Le Monde 27.10.2014

Voir aussi : Rubrique Actualité Internationale, rubrique Amérique Latine, Brésil,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>