Les USA pourraient entraîner des forces irakiennes en Jordanie

moyen-Orient-carte-du-Moyen-Orient-Israel-Liban-Syrie-Jordanie-Iran-Iraq-Koweit-Barhain-Quatar-Oman-Arabie-Saoudite-Emirat-Arabe-Oman-Yemen-Moyen-Orient

Le gouvernement américain envisage de fournir un entraînement aux forces d’élite irakiennes en Jordanie pour aider le gouvernement du Premier ministre Nouri Al Maliki à repousser une offensive d’Al Qaïda dans la province d’Anbar.

Les Etats-Unis avaient fait savoir il y a quelques jours qu’ils étaient en discussion avec l’Irak sur l’entraînement de ses forces d’élite dans un pays tiers en l’absence d’accord permettant aux forces américaines d’opérer en Irak.

« Il y a des discussions et la Jordanie fait partie des discussions », a déclaré un responsable du Pentagone sous le sceau de l’anonymat.

Parmi les sites envisagés, figure un centre d’entraînement pour opérations spéciales près d’Amman, a précisé ce responsable.

La Jordanie, qui accueille notamment des réfugiés de la guerre civile en Syrie voisine, est l’un des plus proches alliés des Etats-Unis au Proche-Orient.

L’administration Obama est de plus en plus inquiète à propos de l’Irak face au retour d’Al Qaïda dans l’Anbar, province de l’ouest du pays. L’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), affilié à Al Qaïda, cherche à y installer un Etat sunnite de part et d’autre de la frontière avec la Syrie.

Deux ans après le retrait des forces américaines d’Irak, la réponse des Etats-Unis à la montée des tensions confessionnelles en Irak se limite pour l’instant à ne pas donner de crédit supplémentaire à Nouri al Maliki, un chiite dont les divergences avec la minorité sunnite du pays sont de plus en plus criantes, ainsi qu’à la volonté de ne pas impliquer l’armée américaine dans une nouvelle guerre dans la région.

Les Etats-Unis ont déjà envoyé des missiles Hellfire, des avions de surveillance et autres équipements demandés par Nouri al Maliki mais ne lui ont pas fourni les hélicoptères d’attaque qu’il a demandés. De nombreux élus américains considèrent le Premier ministre irakien comme un autoritaire en puissance ayant des liens proches avec l’Iran.

L’accord spécial négocié par les Etats-Unis avec le gouvernement de Nouri al Maliki en 2008 pour opérer à l’intérieur des frontières irakiennes a expiré à la fin de 2011 avec le retrait des forces américaines.

Missy Ryan, Danielle Rouquié

Source Reuters 10/01/2014

Voir aussi : Rubrique Moyen-Orient, rubrique Irak, rubrique Jordanie, rubrique Livre, A.Sfeir: L’islam contre l’islam,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>