L’Espagne réforme son marché du travail

Le décret du gouvernement facilite les licenciements et affaiblit les conventions collectives alors que le chômage atteint 22,9%.

Beaucoup plus de flexibilité dans les négociations collectives et baisse sensible du coût de licenciement : telles sont les deux idées-forces de la réforme du marché du travail espagnol adoptée hier en conseil des ministres. Aiguillonné par la récession économique, le gouvernement conservateur avance sabre au clair : sa pilule, administrée sous forme d’un expéditif décret-loi, entrera en vigueur dans les prochains jours. Il ne nourrit toutefois pas beaucoup d’illusions sur l’accueil que devrait réserver le corps social à son initiative.

La semaine dernière, croyant que les micros étaient éteints, le chef du gouvernement de droite, Mariano Rajoy, avait confié à son homologue finlandais : «Cette réforme du marché du travail va me coûter une grève générale», laissant entendre aux Espagnols qu’il en avait déjà décidé les grandes lignes. Rebelote, jeudi : dans les médias avait fuité une confidence du ministre de l’Economie, Luis de Guindos (un ancien de Lehman Brothers appelé par Rajoy pour orchestrer de drastiques coupes budgétaires), au commissaire européen Olli Rehn : «Nous allons approuver une réforme extrêmement agressive, qui va nous attirer des ennemis.»

«Honte». Madrid, qui cherche à se rapprocher de Berlin, entend frapper fort. Objectif : infléchir la tendance dramatique du chômage qui touche désormais 4,5 millions de personnes, soit 22,9% des actifs. Et le pire est sans doute à venir, le FMI estimant que la barre des 5 millions pourrait être dépassée cette année. «Une honte nationale», pour l’opposition socialiste.

Le gouvernement Rajoy fait le pari de déréguler un marché considéré comme un des plus rigides d’Europe : en vertu du raisonnement libéral selon lequel moins les contraintes sont fortes plus le marché de l’emploi est dynamique, sa réforme va, pense-t-il, désinhiber les entrepreneurs désireux d’embaucher. D’où l’avènement d’un contrat de travail «généralisé» avec un coût de licenciement équivalent à 33 jours par année travaillée (contre 45 jours jusqu’à présent), plafonné à 24 mensualités. Et ce, quelle que soit la situation des entreprises. Celles en situation de «décrochage» – pouvant justifier de mauvaises prévisions -, le coût chute à 20 jours par année travaillée. «Cette modification marque un « avant » et un « après », a admis la ministre de l’Emploi, Fátima Báñez, parce qu’en parallèle nous allons supprimer peu à peu les conventions collectives sectorielles et provinciales, qui sont un terrible frein à l’embauche.» En Espagne plus qu’ailleurs, une majorité des entreprises (surtout des PME) sont régies par ces conventions, qui limitent la flexibilité (horaires, charge de travail, mobilité…).

Pour les syndicats espagnols, la douche est néanmoins glaciale. «Nos pires craintes sont devenues réalité, a réagi Luis Mendez, secrétaire général de l’Union générale des travailleurs, l’UGT. Tout cela pousse vers la dérégulation totale du marché de l’emploi. Au lieu de freiner le chômage, cela va l’exacerber.» Pour les syndicats, la suppression des conventions «porte atteinte aux droits des salariés et accroît leur vulnérabilité».

Précaire. Un point de la réforme semble pourtant échapper aux critiques. La tentative d’intégrer davantage les jeunes sur le marché du travail, alors même que les chiffres espagnols sont inquiétants : le chômage juvénile atteint 48%, le double de la moyenne européenne. De quoi expliquer en bonne partie que le mouvement des Indignés soit né à Madrid en mai 2011. Désormais, tout chef d’entreprise embauchant une personne âgée de moins de 30 ans (avec un contrat à durée indéterminée) aura droit à une réduction d’un quart des charges sociales, le reste étant pris en charge par l’Etat.

Cette mesure, comme d’autres, vise à en finir avec l’élément «exceptionnel» du marché du travail espagnol : un très fort taux de contrat précaire, autour de 40%. «C’est notre principal boulet depuis les années 80 et aucune réforme n’a jusqu’ici pu l’amoindrir, estime l’économiste Luis Garicano. Ce drame renforce l’instabilité du marché du travail et rend quasi impossible l’amélioration de la productivité, une des plus basses d’Europe.» Reste à savoir si cette réforme aura un impact positif sur le travail précaire. Celle du gouvernement Zapatero, en 2010, s’était avérée sans effets.

François Musseau (Libération)

Voir aussi : Rubrique Espagne, L’espagne sanctionnée par Standard and Poor’s, rubrique Mouvements sociaux,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>