Bras-de-fer en Egypte avant les élections

Place Tharir 25/11/11. Photo Amr Abdallah Reuter.

Les forces politiques égyptiennes et le pouvoir militaire étaient engagés dimanche dans un bras-de-fer autour des pouvoirs du futur gouvernement, avant l’ouverture des bureaux de vote lundi pour les premières législatives de l’après-Moubarak.

40 millions d’électeurs sur 82 millions d’Egyptiens sont appelés à élire 498 membres de l’Assemblée du peuple (chambre des députés) sur plusieurs étapes, jusqu’au 10 janvier. Dix autres seront nommés par le maréchal Tantaoui. Sept ONG étrangères, dont le Centre Carter, ont reçu leur accréditation pour surveiller ces législatives, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

La partie se joue entre le Conseil suprême des forces armées (CSFA), qui tient les rênes du pays, l’influent mouvement des Frères musulmans qui estime avoir le vent en poupe, et l’opposant Mohamed ElBaradei, qui se prévaut du soutien des manifestants de la place Tahrir hostiles aux militaires.

Le gouvernement, nommé par l’armée depuis la chute en février de Hosni Moubarak, a été jusqu’à présent cantonné à la gestion des affaires courantes, un schéma mis à l’epreuve par la démission récente du Premier ministre Essam Charaf et la perspective d’avoir un Parlement élu, le précédent ayant été dissout.

Dans un climat mêlant rapports de force, tractations en coulisses, ballons d’essai et pression de la rue, l’armée a indiqué qu’elle continuait d’appuyer l’homme qu’elle a choisi pour former le nouveau gouvernement, Kamal el-Ganzouri.

Le chef du CSFA, le maréchal Hussein Tantaoui, a demandé à Mohamed ElBaradei et à une autre figure de la classe politique laïque, Amr Moussa, deux hommes aux ambitions présidentielles, de soutenir ce politicien sans éclat âgé de 78 ans.

Principal obstacle: Kamal el-Ganzouri, ancien chef de gouvernement à la fin des années 90 sous Hosni Moubarak, est rejeté avec vigueur par les milliers de manifestants qui occupent depuis plus d’une semaine la place Tahrir au Caire.

Mohamed ElBaradei, de son côté, s’est dit prêt samedi soir, après avoir été reçu par le maréchal Tantaoui, à renoncer à ses ambitions présidentielles pour diriger un gouvernement de salut national.

Cela, « à condition que le gouvernement soit doté de toutes les prérogatives pour gérer la période de transition, rétablir la sécurité, relancer l’économie et réaliser les objectifs de la révolution égyptienne », selon un communiqué du bureau de campagne de l’ancien chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et prix Nobel de la Paix 2005.

La proposition de Mohamed ElBaradei est « un moyen indirect de rejeter » le gouvernement de M. Ganzouri et toute forme de coopération avec lui, estime le politologue Hassan Nafaa.

Selon Hossam Eissa, un homme politique proche des manifestants, l’idée d’un gouvernement de salut national « est une proposition de Tahrir, que M. ElBaradei a acceptée ».

Dimanche, les Frères musulmans sont entrés dans la danse en se projetant dans un contexte post-électoral qu’ils jugent favorable à leur mouvement, politiquement le mieux structuré du pays.

« Le futur Parlement est supposé représenter le peuple (…) Le Conseil militaire doit charger le parti qui remporte la majorité des voix de former le prochain gouvernement », a affirmé leur porte-parole Mahmoud Ghozlane.

Présidentielle avant juin

Les Frères récusent ainsi les positions d’un haut responsable du CSFA, le général Mamdouh Chahine, qui avait déclaré samedi que, quel que soit le résultat des urnes, « le futur parlement n’aura aucune autorité sur le gouvernement ». « Si le gouvernement n’est pas représentatif du Parlement, l’Assemblée bloquera toute décision (du cabinet) », a répliqué Mahmoud  Ghozlane.

Pour Hassan Nafaa, la position des Frères musulmans signifie toutefois qu’il n’y aurait pas en Egypte de gouvernement doté de véritables pouvoirs avant la fin des élections, prévues jusqu’à la mi-janvier pour l’Assemblée du peuple (chambre des députés) et mars pour la Choura (Sénat consultatif). Une telle attente « ne serait pas acceptable pour les jeunes à Tahrir. La crise se poursuivrait donc », assure-t-il.

L’armée égyptienne a promis de rendre le pouvoir à une autorité civile après une élection présidentielle qui doit se tenir avant la fin juin 2012.

AFP

Voir aussi : Rubrique Egypte, Moubarak quitte le pouvoir, rubrique MéditerranéeTunisie, les éditocrates repartent en guerre, rubrique Etas-Unis, Obama dévoile un plan économique pour aider les pays arabes à se « démocratiser »,

On Line : Le blog de Bruno Ripoche Comprendre les élections,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>