Monde Arabe : Revue de presse septembre 2011

Les Palestiniens veulent entrer à l’ONU

Les Palestiniens veulent entrer à l'ONU

 

Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, a confirmé lundi lors d’une rencontre avec le secrétaire général de l’ONU Ban Ki Moon l’intention de demander ce vendredi l’adhésion pleine et entière d’un Etat palestinien au Conseil de sécurité de l’ONU. Pour la presse, c’est une confrontation qui retarde d’une part le processus de paix au Proche-Orient, et qui d’autre part n’apportera rien aux Palestiniens en raison de l’attitude antidémocratique des Etats-Unis.

Libération

Espoir

La proposition de Mahmoud Abbas de passer par l’ONU pour obtenir la création d’un Etat palestinien est légitime : ce coup de poker politique remet chacun au pied du mur et redonne aux parties d’étroites, mais nouvelles, marges d’action. La position de la France, prenant la balle au bond, est habile : elle cherche à donner une forme diplomatique à l’initiative palestinienne, à proposer un calendrier et une méthode. Quitte à rogner sur la puissance du symbole : si Etat palestinien il y a, il prendra d’abord la forme juridique… du Vatican. Qu’adviendra-t-il réellement de cette agitation onusienne ? Il faut la prendre au sérieux, même si le simple mot «paix», tant de fois brandi et rangé en catastrophe, est presque devenu obscène. Même si les placards internationaux regorgent de plans pour la région, restés lettre morte. Même si les paramètres pour sortir du conflit ont été ressassés par des générations de négociateurs, qui ont échoué. Même si le contexte politique est désespérant, avec la droite dure, voire extrême, au pouvoir en Israël ; et les Palestiniens divisés entre Fatah en Cisjordanie et Hamas à Gaza. Seule nouveauté : le printemps arabe que la France, l’Union européenne et les Etats-Unis ont fini par pleinement soutenir, tout en maintenant leur attachement indéfectible à Israël. Si ce bouleversement géopolitique et diplomatique permettait de considérer le conflit israélo-palestinien d’un œil neuf, une partie du chemin serait faite. L’espoir est mince, mais il existe.

Nicolas Demorand

 

Rue89

Israël-Palestine : pourquoi il n’y aura pas de troisième intifada

On ne peut jurer de rien en Palestine : la violence reste toujours une éventualité, à Gaza comme en Cisjordanie. Un camp de réfugié peut toujours s’enflammer. Hébron et Jérusalem-est restent d’éternelles zones de tensions, tant les Palestiniens y sont sous pression et tant leur statut y est bâtard.

Quelle que soit son issue, la grande bataille en cours à l’ONU aura des conséquences en Cisjordanie – mais tout porte à croire aujourd’hui qu’elle ne soulèvera ni ne bouleversera les Palestiniens.

Pierre Evenos lire l’ article

 

Público – Espagne

L’attitude antidémocratique des Etats-Unis

La décision portant sur la demande palestinienne d’une adhésion pleine et entière de la Palestine est malheureusement antidémocratique, déplore le quotidien de gauche Público, qui s’irrite surtout du rôle des Etats-Unis : « La Palestine prévoit de frapper à la porte des Nations unies cette semaine. Malheureusement, cette organisation se réserve le droit de choisir qui elle veut bien laisser entrer. En outre, une poignée de pays décident de l’acceptation de nouveaux membres en utilisant ou non leur droit de veto. Ce club a des règles strictes et sanctionne souvent ceux qui les enfreignent. Nous savons pourtant que l’un de ses membres viole constamment ces règles sans pour autant être condamné. Et voilà maintenant que ce membre désobéissant va tenter de convaincre les autres de ne pas ouvrir la porte aux Palestiniens. » (20.09.2011)

 

Les Egyptiens se rassemblent sur la place Tahrir contre le retour de la loi sur l’Etat d’urgence (Egyptians rally in Tahrir Square against return of emergency laws), The Guardian, 16/9/2011

Suite aux manifestations devant l’ambassade israélienne vendredi passé, le Conseil Suprême des Forces armées a décidé de réactiver la loi d’Etat d’urgence abolie suite à la chute du régime de Moubarak. Les Egyptiens se sont rassemblés sur la place Tahrir ce vendredi pour protester contre cette mesure. Amnesty International  met en garde contre le plus gros danger depuis la fin du régime de Moubarak pour la population égyptienne.

En creusant, l’essence de la politique étrangère de Netanyahou (Digging in, the essence of Netanyahu’s foreign policy), Haaretz online (english), 16/9/2011

A quelques jours de l’introduction d’une demande de reconnaissance de l’Etat palestinien par l’OLP à l’ONU, Benn Aluf fait le point sur la politique étrangère de Netanyahou. Selon lui, Israël connait aujourd’hui sa plus mauvaise posture sur la scène internationale et cela à cause d’une série d’erreurs commises par le gouvernement israélien actuel, que ce soit le manque d’alternatives proposées par Netanyahou et son équipe face à l’initiative palestinienne aux Nations-Unies, mais aussi par sa politique étrangère de plus en plus renfermée sur elle-même.

-          Tunisie : du référendum à la « déclaration du processus transitoire », Jeune Afrique, 15/9/2011

A cinq semaines des élections de la Constituante, certains partis se sont rassemblés autour de l’exigence de certaines garanties contre d’éventuels abus de pouvoir de la future assemblée élue. Ils souhaitent donc le maintien du gouvernement actuel au pouvoir avant que de réelles législatives et présidentielles ne soient organisées. Intitulé « déclaration du processus transitoire », ce document ne fait pourtant pas l’unanimité. Certains proposent donc d’organiser un référendum sur la question. Selon eux, il n’est pas sain de laisser des instances appartenant à un système révolu au pouvoir.

- Attention: La Syrie est nettement plus forte que la Lybie (Warning: Syria is much stronger than Libya), Global Public Square CNN, 7/9/2011

Le modèle de la révolution en Libye pourrait inspirer les opposants au régime du président Assad en Syrie. Mais les NU pourraient être plus réticentes à sanctionner ce pays étant donné qu’il a des soutiens très puissants, que le pays se trouve au milieu du monde arabe et que la Syrie serait beaucoup plus dure à vaincre.

Égypte : des lendemains de révolution qui déchantent –  Jeune Afrique, 31/8/2011

6 mois après avoir chassé le président au pouvoir les gens ont de nouvelles raisons d’être malheureux. De nouvelles plaintes ont été proférées envers le régime concernant les victimes de la répression, des salaires minimum et maximum et les actions et les plans futurs des partis au pouvoir. La loi sur le vote, rendu publique le 20 Juillet, a entre-temps été rejetée à l’unanimité par toutes les partis.


Voir aussi : Rubrique Méditerranée, Palestine, rubrique Revue de presse,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>