Quand la diplomatie française louait « la Libye nouvelle » de M. Kadhafi

 

Le clan Kadhafi a accusé Sarkozy d'avoir touché de l'argent lybien

« Je suis heureux d’être dans votre pays pour parler d’avenir ! », avait écrit Nicolas Sarkozy sur le Livre d’or que réservait Mouammar Kadhafi aux hôtes d’honneur de la Grande Jamahiriya libyenne. Le président français avait atterri à Tripoli le 25 juillet 2007, vingt-quatre heures après la libération faisant suite à une spectaculaire médiation française de cinq infirmières bulgares et d’un médecin palestinien, restés huit ans enfermés dans les geôles libyennes. Il avait avec lui une délégation de 140 personnes, dont 70 journalistes et des contrats à signer.

Cette visite est le sujet principal d’un télégramme diplomatique émanant de l’ambassade de France en Libye, que Le Monde a retrouvé à Tripoli, après le sac de la chancellerie survenu au printemps, lorsque la France était en première ligne aux côtés de l’insurrection.

« Une page est tournée, il faut désormais parler d’avenir, avait déclaré en 2007 M. Sarkozy au colonel Kadhafi. La France est disposée à établir un partenariat d’exception avec la Libye, à parler de tous les sujets sans tabou, qu’il s’agisse de la défense, du nucléaire et de l’union méditerranéenne. » « Nous avons fait cela pour vous, pour la France, l’Europe et la paix en Méditerranée », lui avait répondu son interlocuteur. Il avait ajouté que la France et l’Europe devaient tenir leurs engagements, éviter ce qui s’était passé après sa décision de renoncer aux armes de destruction massive, à la fin de l’année 2003.

Le président américain George Bush et le premier ministre britannique Tony Blair lui avaient alors fait des promesses qu’ils n’avaient, selon lui, pas tenues, mais « Dieu Merci, Sarkozy n’est ni Bush, ni Tony Blair. Et la France, c’est différent. »

Un « Pari sur la Lybie nouvelle »

Cette visite, avait estimé quelques jours plus tôt l’ambassadeur de France à Tripoli, Jean-Luc Sibiude, dans un télégramme diplomatique, était en « quelque sorte un pari sur la Libye nouvelle ». Le pari aura tenu un peu moins de quatre ans. Alors que l’avancée des troupes kadhafistes vers la ville insurgée de Benghazi laisse présager un bain de sang, la France prend la tête des pays réclamant une intervention militaire internationale en Libye.

Peu après le début des frappes aériennes, l’ambassade de France de Tripoli est désertée. Le bâtiment, situé dans le quartier résidentiel d’Al-Andalous, est attaqué, partiellement incendié. En août, alors que la capitale libyenne est en train de passer aux mains des rebelles, il est encore mis à sac par des groupes pro-Khadafi. Les lieux ont été laissés à l’abandon, portes battantes, véhicules réduits à l’état de carcasse devant l’entrée, portes, armoires et coffres blindés détruits ou éventrés.

Et dans ce fatras de verre brisés et de tôles froissées, une partie des documents de l’ambassade de France s’éparpillent, en vrac sur le sol. Les habitants du quartier affirment que des hommes sont finalement venus poser des cadenas et verrouiller les issues, jeudi 15 septembre au matin, jour de la visite de M. Sarkozy en Libye, venu encore une fois parler d’avenir avec le pays, mais avec les rebelles.

C’est dans les locaux saccagés de l’ambassade (depuis réinstallée ailleurs) que des visiteurs libyens ont ramassé ces documents. Le mot « Sarkozy » inscrit sur le carton avait attiré leur attention. Y figure la correspondance diplomatique relative à la première visite du président français au « Guide », fin juillet 2007. En préparation, l’ambassadeur décrit la situation nationale : « La Libye est un pays qui change. Depuis 2003 [et le renoncement aux armes de destruction massive], le Guide a fait des révisions déchirantes, surtout aux plans diplomatique et économique, écrit-il dans un télégramme daté du 19 juillet 2007. Ce changement, il l’assume aujourd’hui, mais veille également à le contrôler, surtout s’agissant de la politique intérieure ».

Dans ce dernier domaine, estime-t-il, « c’est la décrispation, mais il n’est pas question de toucher aux ‘fondamentaux’ du régime ou de démanteler ses acquis sociaux. Saïf Al-Islam, chef de file du camp de la réforme, y compris sur le plan politique, bénéficie de l’appui de son père. Il doit cependant savoir jusqu’où ne pas aller trop loin ou trop vite dans le processus de réforme. » La politique de réforme et d’ouverture ne s’est pas étendue au système politique, remarque-t-il : « La ‘détente’ amorcée sous l’égide de Saïf Al-Islam marque le pas. Les arrestations d’hommes d’affaires en mars dernier, les exécutions de peine capitale, le maintien d’un contrôle strict de la presse (…) en témoignent ».

Sur le plan économique, le diplomate note une « modernisation progressive » : « le caractère progressif et limité de cette libéralisation s’explique avant tout par un souci de préservation du régime : éviter les tensions sociales et l’émergence d’acteurs privés libyens susceptibles d’utiliser leur puissance financière à des fins politiques ». « La Libye dispose de ressources financières importantes, note-t-il ailleurs, mais reste fondamentalement un pays sous-développé. » « Deux secteurs me semblent mériter une attention particulière, parce que nous y affrontons une concurrence forte et que notre sort y dépend de décisions personnelles du Guide : le nucléaire civil (…) qui répond à une demande personnelle du Guide. (…) Les équipements militaires : la France est en concurrence dans ce secteur, en particulier avec les Russes et les Anglais. »

Vus de Tripoli, les Britanniques, futurs alliés contre le régime, apparaissent à la fois comme des rivaux et comme un exemple diplomatique à suivre : « Très impliquée dans les dossiers des armes de destruction massive, la Grande-Bretagne a voulu faire de la Libye un exemple de réintégration dans la communauté internationale, note l’ambassadeur. Les résultats obtenus par Tony Blair lors de sa récente visite (contrats dans les domaines pétroliers et militaires) confirment le succès d’une politique qui, à partir de points forts (formation de la majorité des élites libyennes, dialogue politique très soutenu) a fait de la Libye un enjeu stratégique majeur ».

M. Kadhafi « Ne peut pas être un partenaire commode »

Or, « les Libyens sont demandeurs de France », soutient le diplomate français. Ils sont « souvent nostalgiques des années 1970 où la France a été le premier pays à reconnaître la révolution kadhafienne et à engager une coopération d’envergure. Pour ce qui nous concerne, nous sommes ici dans une position très particulière, seuls de tous les pays occidentaux à avoir à la fois une politique maghrébine et africaine, nous n’avons pas, avec la Libye, les relations historiques qui nous lient avec ses voisins (Tunisie, Algérie, Niger, Tchad, Egypte). Nous sommes ainsi sans la position inverse de celle de la Grande-Bretagne, par exemple, pour laquelle la Libye représente la porte de l’Afrique du Nord). »

« Le Guide ne peut pas être un partenaire commode, prévient cependant l’ambassadeur, mais nos intérêts objectifs vont dans le même sens. (…) Les Libyens comprennent le langage direct. Ils savent aussi ‘renvoyer l’ascenseur’. Lors de cette visite, plusieurs accords ont été signés, dont les plus importants portent sur la « coopération en matière de défense et d’industrie de défense » et sur la « coopération dans le domaine des applications pacifiques de l’énergie nucléaire « .

L’union pour la Méditerranée rencontre moins de succès. Quant à l’avenir de cette « Libye nouvelle », « le régime n’apparaît pas menacé à court terme. Il n’existe pas de force d’opposition structurée visible, jugeait à cette époque le diplomate. La manne pétrolière est également de nature à limiter les motifs de mécontentement populaire : subvention aux produits de première nécessité, aide aux plus démunis pour le logement… le Guide veille tout particulièrement à ce que les évolutions en cours ne se fassent pas au détriment des acquis sociaux de la révolution. »

« En dépit des interrogations qui peuvent entourer sa santé, la question de la succession du Guide n’est pas encore posée, note encore l’ambassadeur de France. La nature essentiellement patrimoniale et tribale du pouvoir, ainsi que la culture du consensus et la manne pétrolière sont autant de facteurs qui plaident pour une évolution du régime sans crise ou rupture majeure. »

Cécile Hennion (Le Monde)

Voir aussi : Rubrique Affaires, La France et l’Italie premiers fournisseurs européens d’armes à Kadhafi, rubrique Lybie Les amitiés lybiennes de Patrick Ollier,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>