Crise de la dette : «Les Brics sont en position de force»

 

Alors que les pays de la zone euro traversent une crise majeure de leurs dettes souveraines, les grands pays émergents (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ont fait savoir qu'ils allaient discuter la semaine prochaine de la possibilité de venir en aide à l'Europe. Tout un symbole, nous explique Alexandre Kateb, économiste, directeur de Competence Finance et maître de conférence à Sciences-Po.

En quoi l'annonce des Brics est-elle symbolique ?

C'est un véritable retournement. Un bouleversement du centre de gravité de l'économie financière de la planète. Les pays émergents ont été aidés par les pays développés durant les années 1990 lorsqu'ils étaient traversés par des crises. Aujourd'hui, l'inverse va peut-être se produire.

A l'aune de cette crise, les pays émergents apparaissent désormais comme les plus solides. Ils sont en position de force. Se portent garants de la croissance économique mondiale et de la santé des pays européens en convalescence ou gravement atteints. Et sont prêts à prendre une responsabilité plus grande dans la gouvernance économique et financière mondiale. C'est très fort symboliquement.

Il faut dire que par le passé, les Brics ont longtemps été économiquement inféodés à l'occident.

Parmi les Brics, le seul pays qui a conquis très tôt son autonomie est la Chine. A partir de 1949 et pendant les années de libéralisation sous Deng Xiaoping, elle n'a jamais souscrit une dette importante au niveau international.

La Russie, l'Inde, le Brésil... Tous les autres grands pays émergents ont en revanche eu recours à l'aide internationale via le FMI ou bien à travers les aides du Trésor américain.

L'Inde a eu recours au FMI en 1991 pour éviter une crise de sa balance courante après plusieurs crises économiques. En contrepartie, le Fond monétaire exige alors une libéralisation de son économie et une gestion très prudente au niveau macroéconomique.

Pendant des années, la Russie a été portée à bout de bras par le FMI, mais celui-ci ne parvient pas à éviter le défaut de la dette souveraine russe en 1998. Elle aussi a dû mettre en place des réformes économiques majeures.

Le Brésil a quant à lui connu des crises à répétition pendant les années 1980 et 1990. La dernière, qui date de 1999, a mené à une dévaluation très forte de sa monnaie vis-à-vis du dollar. Le FMI lui est alors venu en aide, et lui a imposé une remise en ordre économique. Il a aussi demandé au Brésil des privatisations et des dégraissages massifs parmi les fonctionnaires. Plusieurs millions d'emplois ont été perdus. Depuis, le pays a pris ses distances vis-à-vis du FMI.

On se doute que les Brics ne proposent pas leur aide à l'Europe par altruisme. Quel intérêt auraient-ils à acheter davantage d'obligations européennes?

En soutenant la zone euro, ils se soutiennent eux-mêmes. Leurs économies sont dépendantes de la croissance de la zone euro. Les Brics ne veulent pas que le moteur de la consommation s'arrête en Europe. C'est particulièrement vrai pour la Chine. Et le Brésil et la Russie seraient très impactés par ricochet en cas de récession mondiale, car ils fournissent les matières premières. L'Europe absorbe les deux tiers des exportations énergétiques russes.

Investir davantage dans les obligations européennes permettrait également aux Brics de réduire leurs dépendance vis-à-vis du dollar. Notamment pour la Chine, qui dispose de 3000 milliards de réserve de change. Elle a toutes les réserves nécessaires pour venir au secours de l'euro tout en diversifiant ses risques et en prenant pied dans la zone euro. Ce faisant, elle permet aussi à ses entreprises d'être accueillies plus positivement dans la zone. C'est donnant-donnant.

Soutenir l'euro, c'est également favoriser la consolidation de cette monnaie, véritable alternative au dollar, et donc sortir de l'hégémonie américaine.

Les Brics pourront-ils observer une coordination politique pour venir en aide à l'Europe ?

C'est surtout le symbole qui est recherché. Après, chaque pays va mettre en oeuvre les mesures qu'il jugera conformes à son intérêt. En terme de diversification des réserves de change, par exemple, la Chine n'a pas la même marge de manoeuvre que l'Inde.

Il y aura en tout cas des signaux forts pour montrer que les Brics vont soutenir l'euro et augmenter leurs achats d'obligation. Pas question pour eux d'acheter de la dette grecque ou portugaise. Mais plutôt de la dette allemande ou française, voire italienne. Les Chinois souhaitent notamment acheter des obligations en Italie. Mais ils sont prudents. Ils sont prêts à prendre des risques en pensant au long terme, mais ils ne veulent pas non plus hypothéquer leur trésor de guerre.

Concrètement, cela pourra rassurer les marchés, montrer que les pays européens ne sont pas les seuls à se préoccuper de la crise de la zone euro. Et qu'une solution internationale peut être mise en place.

Recueilli  par Laura Thouny (Libération)

Alexandre Kateb est économiste, directeur de Competence Finance et maître de conférence à Sciences-Po. Il a écrit «Les nouvelles puissances mondiales : pourquoi les Brics changent le monde» aux éditions Ellipses.

Voir aussi : Rubrique Brics, rubrique UE, rubrique Finance, rubrique Co Developpement,

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>