Le modèle chinois de contrôle social est en crise

 

patrouille de la police anti emeute chinoise

Pékin, Correspondant – Le Parti communiste chinois (PCC) s’est longtemps vanté de l’efficacité de son mode de gouvernance, mettant en avant que la stabilité qu’il a apportée, dans un pays aussi grand et peuplé, était essentielle au décollage économique de ces trente dernières années. Aujourd’hui, ce consensus se fissure

L’outillage sophistiqué de « maintien de la stabilité » mis en place par l’Etat-parti non seulement peine à calmer les esprits – les manifestations populaires, souvent violentes, ciblent la police et les administrations, tandis que des pétitionnaires individuels se suicident ou organisent des attentats vengeurs –, mais il s’avère contre-productif, dans une société de plus en plus informée, mature et ouverte aux débats.

Les signes d’usure du modèle de gouvernance s’accumulent. Dans les régions de minorités ethniques, répression culturelle et religieuse se font au nom d’un arsenal idéologique mis au placard partout ailleurs en Chine. Dans les villes, la corruption exaspère les petites gens. Toute une bourgeoisie émergente accepte mal de ne pas avoir de prise sur les affaires qui la concernent.

Quant aux migrants des campagnes, grands perdants du miracle économique chinois, ils se réveillent, au point que la province du Guangdong, le cœur de la machine à exporter, a connu deux émeutes ces dernières semaines, un an après les grèves chez Honda et les suicides d’ouvriers de Foxconn.

Prisons noires

Si les migrants « ne sont pas absorbés dans la société urbaine et ne jouissent pas des droits qui leur sont dus, les conflits ne vont cesser de s’accumuler… Les politiques doivent faire face à la réalité pressante que la nouvelle génération de travailleurs migrants veut rester dans les villes », lit-on dans un rapport publié, mardi 14 juin, par le Centre de recherche pour le développement du Conseil d’Etat, un think tank du gouvernement chinois.

Les rouages de la « machinerie de préservation de la stabilité » ont même fait l’objet, sous ce titre, d’une grande enquête dans l’hebdomadaire libéral Caijing, le 6 juin. Une première. Divers médias avaient, ces dernières années, levé un coin du voile sur les aberrations de la politique sécuritaire, comme les « prisons noires » pour les récidivistes de la pétition. Ou encore, dans une version plus douce, les « commentateurs du Net » qui s’immiscent dans les conversations en ligne pour appeler à l’apaisement.

Les tabous se brisent. Tout un pan de la société chinoise, mais aussi du parti, milite pour une approche différente du « maintien de la stabilité » et l’abandon d’une mentalité répressive : « Dans les autres pays, ce genre d’incidents est considéré comme l’expression ordinaire des intérêts [des gens], ils participent de leurs libertés. On ne les appelle pas “incidents de masse” et il n’existe pas de concept de ‘maintien de la stabilité’ », expliquait, début 2011 dans une interview au magazine Guoji Xianqu Daobao, de l’agence Xinhua, le politologue Wang Yukai, du centre de recherche China Society for Administration Reform. Il préconise de cesser de « diaboliser les incidents de masse » et de s’ouvrir à « l’idée d’un maintien normal de l’ordre social ».

Le maintien de la stabilité

La « machinerie de préservation de la stabilité » décrite par Caijing est contrôlée au sommet par le Comité politico-légal du parti, dont les extensions locales décident des verdicts dans les tribunaux, selon la ligne politique du parti. Le système est renforcé en 1991 : le maintien de la stabilité devient une « tâche de la plus haute importance ». Un « groupe de travail de la haute direction » – sa composition reste secrète – se voit octroyer « l’autorité suprême » sur les questions de stabilité. « L’office 610″ – spécialisé dans la lutte anti-Falun Gong – est créé en 1999.

Au fil des années, le système se dote d’outils plus modernes, d’évaluation des risques et de fourniture de services sociaux, notamment aux migrants. Un réseau de commissions et de bureaux de « maintien de la stabilité » se constitue à tous les échelons administratifs.

Rien qu’au niveau du canton, le plus bas en Chine, des milliers de personnes sont impliquées dans cette mission et reçoivent des budgets. Un système d’incitations financières récompense, par exemple, l’absence « d’incidents de masse » au cours de l’année. L’interception de pétitionnaires qui se rendent à Pékin a conduit, dénonce le magazine, à la création d’un véritable « marché du maintien de la stabilité », dont profitent les officiers de liaison des provinces à la capitale, mais aussi toutes sortes de « rentiers du système, d’intermédiaires ou de gangsters ».

Peur des métiers de la justice

L’externalisation de la tâche de rapatriement des plaignants vers leur lieu de résidence à des sociétés privées en est un autre exemple : l’agence Anyuanding, dont pétitionnaires et avocats ont dénoncé les pratiques violentes et illégales en 2010, fut ainsi sous contrat de 19 gouvernements provinciaux.

En primant sur tout le reste, le « maintien de la stabilité » a fait reculer la construction de l’Etat de droit, pourtant programmée dans le cadre de l’ouverture économique : « Avant les années 2003 et 2004, le président de la Cour suprême avait lancé des réformes pour consolider le statut des juges. Tout allait dans le sens d’une plus grande indépendance de la justice et d’une professionnalisation », explique au Monde He Weifang, professeur de droit à l’université de Pékin.

Mais, poursuit-il, « la plus haute direction du parti a voulu réaffirmer son contrôle sur la justice. Un recul pour les libéraux. En fait, les autorités ont eu peur des métiers de la justice ».

Brice Pedroletti (Le Monde)

Post-Maoïsme: le rendez-vous de 2012

En 2012, la Chine aura un nouveau chef d’Etat. La même année, des élections pourraient provoquer des changements de gouvernement en Corée du Sud, en Espagne, en France ou aux Etats-Unis. Mais en Chine, c’est au cours du XVIIIe congrès du Parti communiste chinois, que Hu Jintao, son actuel secrétaire général et président de la République populaire de Chine, devrait s’effacer au profit de Xi Jinping. Dans la foulée, le premier ministre Wen Jiabao laissera sa place à Li Keqiang. Quelles lignes de force traversent la Chine que la « cinquième génération » de leaders communistes s’apprête à diriger

Chose connue, le pays est aujourd’hui beaucoup plus riche qu’en 2003, lorsque Hu en devint président et que le PIB par habitant n’eût atteint que 1 274 dollars. En 2011, il devrait dépasser les 4 000 dollars, reflétant ainsi la forte croissance économique chinoise, à peine ralentie par la crise mondiale de 2008-2009. Estimé à 7 600 dollars en 2010, le PIB par habitant calculé à parité de pouvoir d’achat reste modeste : la Chine se hisse à la 126e place mondiale.

Cette somme n’est pourtant pas sans signification : aujourd’hui, le « Chinois moyen » dispose d’une capacité de consommation supérieure à celle du citoyen des marges de l’Union européenne (l’Ukrainien ou l’Algérien, par exemple). De plus, cette moyenne cache d’importantes disparités internes : si l’habitant du Guizhou (province la plus pauvre) n’est guère mieux loti que le Vietnamien, le revenu du Cantonais atteint la moyenne mondiale tandis qu’à Shanghai (municipalité la plus aisée) la richesse par habitant talonne celle de l’Estonie, membre de la zone euro. Quant à la région administrative spéciale de Hong-Kong, son PIB par habitant à parité de pouvoir d’achat dépasse celui de la France de 38 %.

La direction politique qu’a tenté de faire prendre Hu Jintao à son pays est résumée par le slogan de la « société harmonieuse », véritable parapluie idéologique abritant tous ses grands projets (lutte contre les inégalités sociales et la corruption, rééquilibrage de la croissance des zones côtières vers les terres de l’intérieur et construction d’une « économie verte »).

Difficile de dire si la société chinoise est davantage « harmonieuse » aujourd’hui qu’à l’époque de son prédécesseur. Les nombreux scandales de corruptions mis à jour n’ont-ils pas davantage répondu à des intérêts politiques qu’à une volonté de moralisation (on pense à l’homme fort de Shanghai, Chen Liangyu, potentiel concurrent politique de Hu, condamné à 18 ans de prison en 2008) ?

Les avancées indéniables dans le domaine des énergies renouvelables (la Chine est aujourd’hui leader industriel mondial en éoliennes et en panneaux solaires) n’entrent-elles pas en contradiction avec la continuation de la politique néo-stalinienne de grands travaux aux impacts négatifs sur l’environnement (entrée en fonction du barrage des Trois-Gorges en 2009, multiplication des projets de barrages au Sichuan et au Tibet, projet de détournement à partir de 2014 d’une partie des eaux du Yangtsé vers le fleuve Jaune) ?

La lutte contre les conditions de travail indignes a enregistré quelques succès, mais les 15 000 morts par an du fait d’accidents du travail ne troublent-ils pas l’harmonie de la société chinoise davantage que quelques blogueurs ? De fait, aucune avancée sensible sur le terrain des libertés publiques n’est à mettre au crédit de Hu (arrestations arbitraires, bridage d’Internet et harcèlement policier d’opposants ont été renforcés).

Hu s’est également illustré dans la répression des minorités. Récemment, le mécontentement de populations minoritaires a généré des manifestations réprimées par l’Etat : au Tibet en 2008, au Xinjiang en 2009 et en Mongolie intérieure en 2011. L’Etat chinois cherche à intégrer ses marches par l’afflux de colons Han, rendant les populations locales minoritaires sur leurs propres terres (seuls 17 % des habitants de Mongolie intérieure sont Mongols) . Pour l’Etat chinois, ces régions sont cruciales : additionnés, le Tibet historique, le Turkestan oriental et les zones mongoles représentent près de la moitié de la superficie de l’Etat chinois actuel. De plus, le Tibet constitue une formidable réserve hydraulique, le Xinjiang produit du gaz naturel et la Mongolie intérieure est riche en charbon, trois ressources dont la Chine industrialisée est toujours plus friande.

A cela s’ajoutent les avantages en termes de profondeur stratégique que ces territoires apportent à la Chine, notamment face à l’Inde et à la Russie, dans une perspective de compétition régionale accrue. Il est donc improbable que Pékin fasse prochainement la moindre concession politique aux autonomistes tibétains ou ouighours.

La « cinquième génération de dirigeants » qui s’apprête à accéder au pouvoir se structure autour de deux principaux courants. Le premier est celui des « petits princes », tels le futur président Xi Jinping, fils de figures historiques du Parti, dont les pères furent compagnons de Mao. Portés sur les fonds baptismaux par la « clique de Shanghai » de l’ancien président Jiang et parfois accusés d’être de vulgaires captateurs d’héritage, certains « petits princes » tentent de se donner une légitimité politique en ranimant une ligne politique néo maoïste, comme Bo Xilai (maire de Chongqing), qui a réimposé les chants révolutionnaires dans les média locaux, écoles et administrations.

L’autre grande « faction » est celle dite de la Ligue des jeunesses communistes. Elle se compose de personnalités au profil plus technocratique, cadres de cette organisation dans les années 1980. Hu Jintao et son protégé, le futur premier ministre Li Keqiang, en font partie. Ce groupe développerait des idées plus réformistes que le premier, ce qui est à nuancer au regard du bilan répressif de Hu Jintao. Quelle que soit leur affiliation, les dirigeants communistes de Chine (qui fêtent cette année les 90 ans du Parti à grand renfort de propagande) ont comme objectif commun de conserver le pouvoir en maintenant sous le boisseau les « contradictions sociales saillantes » (en clair : les mouvements de protestation) dénoncées lors du Politburo du 30 mai.

Les réactions unanimement indignées des responsables gouvernementaux (y compris les « réformateurs ») lors de la remise du prix Nobel de la paix au dissident emprisonné Liu Xiaobo indiquent bien la faible volonté des élites de mettre en œuvre de véritables réformes politiques.

Le 3 avril, l’artiste contemporain et critique du pouvoir Ai Weiwei était arrêté à l’aéroport de Pékin, en dehors de toute procédure judiciaire. Il est toujours détenu aujourd’hui, dans un lieu maintenu secret. Le 21 juin 2009, il publiait sur Twitter l’opinion suivante : « Dans ce pays, la tyrannie prive les gens ordinaires non seulement de leur droit à la vie mais également du droit d’exprimer leurs opinions, du droit de questionner, du droit de se renseigner et du droit de savoir. Rien n’arrêtera les autorités dans leur destruction de ceux qui luttent pour acquérir ces droits. »

Paradoxe : en 2012, Taïwan – que Pékin persiste à considérer comme une « province renégate » – se choisira un président au cours d’élections libres et transparentes. Preuve vivante que, lorsqu’ils en ont l’opportunité, les Chinois sont aussi aptes que n’importe quel peuple à jouer le jeu démocratique.

Les « contradictions sociales » hypocritement redoutées par le Politburo pourraient se résoudre si le Parti consentait à ouvrir le champ démocratique. Une chose est certaine : son congrès de 2012 ne fera aucune avancée en ce sens.

Yidir Plantade (Le Monde interactif)

 

Voir aussi : Rubrique Chines, Le cours du Yuan en hausse, Rubrique Montpellier, Le jumelage Montpellier et Chengdu,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>