Les Etats-Unis pousse Bachar vers la sortie

Les Etats-Unis ont exhorté mercredi le président syrien Bachar al-Assad à «diriger la transition démocratique ou partir». Ils ont aussi annoncé des sanctions le visant directement pour son rôle dans la répression sanglante de la révolte dans ce pays.

Un nouvel ordre exécutif signé par M. Obama «est une mesure décisive pour accroître la pression sur le gouvernement syrien afin qu’il cesse la violence contre son peuple et entame la transition vers un système démocratique», affirme un communiqué. «Comme nous l’avons déjà dit, Assad doit diriger une transition politique ou partir», peut-on lire dans ce document émanant de la diplomatie américaine et du département du Trésor.

Un éventuel départ d’Assad «est une décision revenant au bout du compte au peuple syrien», affirment les Etats-Unis pour justifier l’absence d’appel au départ du président syrien. Six autres personnes sont également visées pour leur rôle dans les massacres : le vice-président Farouk al-Shara, le premier ministre Adel Safar, le ministre de l’Intérieur Mohammad Ibrahim al-Shaar, le ministre de la Défense Ali Habib Mahmoud, le chef des renseignements militaires Abdul Fatah Qudsiya, et le «directeur de la sécurité politique» Mohammed Dib Zaitoun. Le président Obama avait imposé le 29 avril une première série de sanctions contre plusieurs responsables du régime syrien, dont le frère cadet du président Assad, Maher.

Huit civils tués à Tall Kalakh

Au moins huit civils ont été tués mercredi à Tall Kalakh (ouest), ville assiégée depuis plusieurs jours, ont indiqué à l’AFP deux militants des droits de l’Homme. Ils ont fait état de bombardements sur la ville et de tirs à l’arme automatique, ajoutant que de nombreux blessés gisaient dans la rue sans pouvoir être évacués. Des habitants ayant fui ces derniers jours Tall Kalakh et s’étant réfugiés au Liban voisin ont imputé les violences aux «chabiha», ces miliciens en civil accusés de semer la terreur dans les villes théâtre de manifestations. Au moins dix habitants avaient été tués dimanche par les forces de sécurité qui bombardaient indistinctement quatre quartiers de la ville, selon un militant des droits de l’Homme.

Assad confiant

S’exprimant mardi devant des responsables locaux, le président Assad «a donné des assurances que la crise avait été surmontée et que les événements étaient en passe d’être terminés», selon des déclarations publiées par le journal Al-Watan. Mais il a aussi reconnu des méfaits de la part des services de sécurité, les attribuant au manque d’entraînement. Depuis le début des violences, les autorités attribuent les troubles à des «salafistes», des «gangs criminels» ou à «des groupes terroristes armés», dont certains liés à l’étranger.

Grève générale peu suivie

Un appel à la grève générale lancé par l’opposition semblait par ailleurs avoir été peu suivi. Dans la capitale syrienne, plutôt épargnée par les grandes manifestations contre le régime, les écoles et les commerces sont restés ouverts, et les transports publics fonctionnaient normalement. La grève n’était pas non plus suivie à Alep, deuxième ville du pays. De même à Lattaquié.

Selon des vidéos postées sur YouTube, des dizaines de personnes ont manifesté dans un des souks de la ville de Homs, un des foyers de la contestation, dans le centre du pays, où les magasins étaient fermés. Une autre vidéo postée sur le même site montrait également des rideaux de fer tirés dans un souk de Zabadani, non loin de Damas. Dans plusieurs foyers de la contestation, l’intervention ou le siège par les forces de sécurité et l’armée a de toutes les façons paralysé ou du moins ralenti les activités économiques et sociales, en particulier à Homs, Deraa (sud), Banias (nord-ouest) et tout récemment à Tall Kalakh. «Faisons de mercredi un vendredi (jour habituel de manifestations), avec des manifestations massives, pas d’école, pas d’université, pas de commerces ou de restaurants ouverts et pas de taxis», avait affirmé mardi la page Facebook «Syrian Revolution 2011», moteur de la contestation.

La journaliste d’Al-Jezira libérée

La journaliste d’Al-Jezira Dorothy Parvez, disparue en Syrie il y trois semaines et qui aurait été détenue en Iran, a été libérée et a regagné Doha, a annoncé mercredi la chaîne satellitaire.

«Dorothy Parvez a été libérée, près de trois semaines après sa disparition après son arrivée à Damas pour couvrir les protestations» pro-démocratie dans ce pays, a annoncé la chaîne satellitaire dans un communiqué. «Le mystère entourant la disparition de Dorothy Parvez est demeuré jusqu’à sa libération», a ajouté la chaîne, sans confirmer sa détention en Iran.

Mme Parvez, une Américano-canado-iranienne travaillant pour le service en anglais d’Al-Jezira, a, selon les autorités de Damas, «tenté d’entrer illégalement» en Syrie le 29 avril avec un passeport iranien périmé et a été renvoyée en Iran. L’Iran s’est refusé à confirmer ou démentir ces informations.

AFP

Voir aussi : Rubrique Syrie, rubrique Méditerranée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>