Tunisie : « Les jeunes ne se reconnaissent pas dans Béji Caïd Essebsi »

Vietnam boy

Deux jours de manifestations, des violences qui ont provoqué la mort de cinq personnes au moins : la pression de la rue a finalement fait plier le premier ministre tunisien Mohammed Ghannouchi, remplacé par Béji Caïd Essebsi, dimanche 27 février. C’est désormais cet ancien ministre de Bourguiba qui doit mener le pays jusqu’aux élections de juillet. Au lendemain de cette annonce, les protestataires continuent de camper sur la place de la Kasbah à Tunis. Rien d’étonnant selon Eric Gobe, politologue à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman : « les jeunes ne se reconnaissent pas dans Béji Caïd Essebsi », âgé de 84 ans, « figure lointaine » qui symbolise un « gouvernement décalé face à l’ébullition politique du pays ».

Entretien avec Eric Gobe, politologue à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman.

Comment analyser la démission de Mohammed Ghannouchi, dernier chef du gouvernement du président Ben Ali ?

Cette démission, c’est avant tout une réponse à la pression d’une partie de la population tunisienne. Aujourd’hui, deux courants politiques se structurent dans le pays. D’un côté, les partisans du gouvernement de transition constitués pour partie des composantes les plus technocratiques et les moins compromises de l’ancien régime, ainsi que des leaders de l’opposition reconnue de l’époque de Ben Ali. Cette opposition, qui s’inscrit dans une logique de compromis, veut des élections législatives et présidentielle anticipées, organisées dans le cadre d’une Constitution et d’un code électoral amendés.

Le second courant, quant à lui, est beaucoup plus radical dans sa revendication démocratique et c’est ce courant qui, avec l’appui des manifestants, a fait céder Mohammed Ghannouchi. On y retrouve les partisans du Front du 14-Janvier fondé le 2 février 2001, qui a lui-même débouché sur la création d’un Conseil national pour la sauvegarde de la révolution. Ce conseil rassemble 28 partis politiques et associations, du syndicat unique, l’Union générale tunisienne du travail, en passant par des partis d’extrême gauche ou Ennahda [parti islamiste tunisien].

Or, les membres du conseil exigent une rupture totale avec le passé. Ils demandent une forte épuration de l’appareil d’Etat. Ils exigent aussi, plus ou moins rapidement, l’élection d’une assemblée constituante. Le principe d’une assemblée constituante est de faire table rase du passé institutionnel de la Tunisie et de modifier le système de fond en comble, afin de proposer une nouvelle Constitution instituant un régime parlementaire.

Qu’incarne la figure de Béji Caïd Essebsi ?

Béji Caïd Essebsi est un ancien militant nationaliste. Il était aussi un haut cadre du Parti socialiste destourien [le parti de Bourguiba, président de 1957 à 1987]. Avocat de formation, il a été appelé par Bourguiba pour participer à la construction de la Tunise indépendante. C’est un homme d’appareil, passé par tous les ministères régaliens : la défense, l’intérieur, les affaires étrangères. Il était avant tout au cœur de l’ère Bourguiba.

C’est aussi un homme du sérail. Il a été député sous Ben Ali et président de la chambre des députés entre 1990 et 1991. Et sous Ben Ali, nul n’était élu député par hasard. Pour asseoir sa légitimité, Ben Ali s’était appuyé sur les personnalités fortes de la période Bourguiba. Mais en 1994, Béji Caïd Essebsi a pris ses distances vis-à-vis du régime et s’est retiré de la vie politique pour reprendre ses activités d’avocat.

Béji Caïd Essebsi a également été choisi parce qu’il figurait dans le logiciel du président par intérim, Foued Mebazaa : les deux hommes se connaissent, ils font partie de la même génération, celle des plus de 80 ans. Avec son départ du Parlement en 1994, le président par intérim a jugé que Béji Caïd Essebsi avait suffisamment pris ses distances avec Ben Ali et qu’il pouvait être un premier ministre moins contestable que Mohammed Ghannouchi.

Dans ce contexte, est-ce qu’on peut parler d’un nouveau départ ?

Pas vraiment. Le président tunisien par intérim nomme une personne plutôt âgée, un cacique du régime politique de Bourguiba. Et bien qu’il ait pris ses distances avec Ben Ali, il reste quelque part associé à l’ancien régime.

Le problème est que les jeunes ne se reconnaissent pas dans Béji Caïd Essebsi, c’est une figure lointaine. Il se trouve donc en porte-à-faux vis-à-vis la jeunesse. De surcroît, il n’a participé en rien au mouvement qui a abouti à la chute du régime de Ben Ali.

Je ne pense pas que la pression de la rue va diminuer. Le Conseil national pour la sauvegarde de la révolution va sûrement continuer à tenir un discours démocratique radical. On peut donc se retrouver dans une situation où des manifestants et le conseil revendiquent la démission du nouveau premier ministre.

Cette nomination révèle-t-elle la difficulté de l’opposition à s’organiser, à faire émerger de nouvelles figures ?

Bien sûr, et c’est un problème : pour l’instant, on ne sait pas quelles forces politiques vont émerger. Ben Ali avait éliminé toute opposition sérieuse et crédible. Par conséquent les partis actuellement au gouvernement sont sans ancrage social et populaire.

On voit pour l’instant, au sein du Conseil national pour la sauvegarde de la révolution, émerger une figure charismatique, Hamma Hammami. On note également que ce conseil prend de plus en plus d’ampleur, et se pose comme porte-parole de la population tunisienne, tout au moins de ceux qui descendent manifester. Il met ainsi le pouvoir sous surveillance et sous pression.

Béji Caïd Essebsi doit organiser des élections d’ici au 15 juillet, quel va être le calendrier du gouvernement provisoire ?

Sur ce point, c’est le flou : est-ce que le conseil va imposer sa vision? Est-ce qu’il va y avoir l’élection d’une assemblée nationale constituante ? En tous les cas, il est peu probable que les figures du Conseil de sauvegarde de la révolution intègrent le gouvernement de transition. Il s’agit plutôt pour ce conseil de faire pression sur le gouvernement transitoire et de contrôler son activité. D’une certaine façon, le gouvernement de Béji Caïd Essebsi apparaît en décalage face à l’ébullition politique du pays.

Propos recueillis par Flora Genoux

Voir aussi : Rubrique Tunisie, Regards croisés sur la révolution de jasmin,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>