Contagion: le pouvoir algérien a peur

ouverture du salon de la défense en présence des représentants des cie étrangères. AP Photo/Burhan Ozbilici.

Salon de la défense en présence de représentants des cie étrangères. AP Photo/Burhan Ozbilici.

A la différence des régimes tunisien et égyptien qui semblaient croire à leur illusoire popularité, le pouvoir algérien se sait depuis des années impopulaire et illégitime. C’est pourquoi il a dû déplacer 30 000 policiers pour quelques milliers de manifestants, tant il redoute la contagion du printemps arabe. Mélange explosif d’affairistes et d’une junte militaire dissimulée derrière un prête-nom civil, le pouvoir a peur. A coup de manœuvres et de concessions en trompe-l’œil, les généraux, véritables maîtres du jeu, essaient d’anticiper et d’éteindre la révolte qui gronde. Mais les Algériens ne s’y trompent pas. Ils manifestent contre le système qui les opprime et non contre Bouteflika, qu’ils savent interchangeable. Les ingrédients qui ont fait tomber Moubarak et Ben Ali se retrouvent en Algérie. En pire.

La désespérance des jeunes, qui n’ont d’autres horizons que le chômage ou l’exil, est même plus aiguë que dans les autres pays arabes. La corruption de quelques militaires et de leurs familles, comme le dénonçait justement un télégramme américain révélé par WikiLeaks, est au moins aussi éhontée que dans la Tunisie de Ben Ali et des Trabelsi. Malgré la chape d’un pouvoir policier, des Algériens choisissent de s’immoler par le feu, seule issue lorsqu’un régime répressif ferme tous les espaces de liberté et réserve les rares emplois à ses affidés. Pour faire peur, le régime joue de la hantise de la guerre civile, à laquelle il a pourtant largement contribué. Il use aussi des blessures de l’histoire et de la guerre de l’indépendance pour diviser l’opposition.

Mais, le sort de Moubarak et de Ben Ali montre que les vieilles recettes et les pires méthodes des dictatures ne marchent plus. Les Algériens ont droit à la démocratie.

François Sergent

Voir aussi : Rubrique Algérie, Malek Bensmail le regard qui parle, On ne peut rien construire sur l’oubli,

Une réflexion au sujet de « Contagion: le pouvoir algérien a peur »

  1. L’ALGERIE VA BIEN! ELLE EST DANS NOS COEUR! NOS PROBLEMES RESTENT ENTRE NOUS…SVP OCCUPEZ VOUS DE VOS AFFAIRES…VIVE L’ALGERIE ALGERIENNE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>