La France revoit à la baisse la croissance économique aux 2e et 3e trimestres

riches-et-pauvre

L’institut français de la statistique a revu mardi à la baisse la croissance de l’économie française aux deuxième et troisième trimestres.

Aux deuxième et troisième trimestre 2010, le Produit intérieur brut (PIB) français a respectivement progressé de 0,6 % et de 0,3 % , soit une baisse de 0,1 point contre les 0,7% et 0,4% retenues dans la précédente estimation de l’Institut national de la stratistique et des études économiques (Insee), publiée en novembre dernier.

Les dépenses de consommation des ménages ont accéléré leur croissance, enregistrant respectivement une hausse de 0,3% et de 0, 5% aux deuxième et troisième trimestres, tandis que la croissance de la formation brute de capital fixe (FBCF) a ralenti, passant de 0,7% à 0,3%, selon les chiffres publiés par l’Insee.

Les importations ont respectivement cru de 3,8% et de 3,9%, et les exportations de 2,7% et de 2,6%.

Entre juillet et septembre, le solde commercial a eu un impact négatif sur la croissance du PIB (-0,4 point), mais cet effet est partiellement compensé par les variations des stocks qui ont apporté une contribution de 0,2 point.

En fait, la croissance de l’économie française a été principalement soutenue par la demande intérieure finale (hors stocks) qui a contribué de 0,4 point et de 0,5 point à la croissance du PIB aux deuxième et troisième trimestres.

Au troisième trimestre, l’Insee a affirmé avoir révisé les indicateurs de services aux entreprises et de travaux publics pour la FBCF et les indicateurs de services aux particuliers pour la consommation. Il a également confirmé avoir révisé la production de transport routier de marchandises pour le deuxième trimestre.

France finance

184 milliards d’euros d’obligations à moyen et long terme pour 2011

La ministre française des Finances, Christine Lagarde, a fixé à 184 milliards d’euros le montant des émissions d’obligations à moyen et long terme dans le cadre du programme indicatif de financement de l’Etat français pour l’année 2011, a déclaré mardi l’Agence France Trésor (AFT) dans un communiqué.

En 2011, l’Etat français doit financer un déficit budgétaire prévisionnel de 91,6 milliards d’euros, et assurer le remboursement de 94,8 milliards d’euros de dette à moyen et long terme venant à échéance, ainsi que de 0,6 milliards d’euros de dettes reprises par l’Etat, selon le programme indicatif de financement.

L’Etat a besoin d’un financement de 187 milliards d’euros et  » ce besoin sera couvert à hauteur de 184 milliards d’euros par les émissions à moyen et long terme nettes de rachats », a précisé l’AFT dans le communiqué.

Ce besoin de financement sera couvert également par les annulations de titre par la Caisse de la dette publique à hauteur de 2,9 milliards d’euros, poursuit le communiqué.

Ce programme de financement s’inscrit dans le cadre de la loi de finances pour 2011 qui fixe à 89,2 milliards d’euros le plafond de la variation nette, appréciée en fin d’année, de la dette négociable de l’état d’une durée supérieure à un an, ajoute le communiqué.

Le programme prévoit que les émissions d’obligations indexées sur l’inflation, tant française qu’européenne, représenteront environ 10% des émissions nettes à moyen et long terme. L’AFT ajustera ses émissions pour répondre à la demande et assurer la liquidité des titres.

Les rachats de titres avant leur échéance opérés par l’AFT en 2010 ont permis de réduire de 18,2 milliards d’euros les amortissements de la dette arrivant à maturité en 2011 et de 4,5 milliards d’euros de titres arrivant à échéance en 2012.

L’AFT, qui se charge de la gestion de la dette française, a annoncé qu’elle procédérait en 2011 à des rachats de titres venant à échéance dans les prochaines années, en fonction des conditions de marché.

Xinhua

Commentaire : En 2010 L’Etat français a emprunté 188 Md d’euros à un taux très bas (2,53%) grâce à son triple « A » confirmé par l’agence de notation Standard & Poor’s. Pour 2011 L’Etat prévoit d’emprunter 184 Md d’euros. La charge d’intérêts liés à la dette atteindra ainsi 45,4 Md d’euros. Soit le deuxième poste de dépense pour l’Etat, après l’Education. Le pouvoir des banques n’a plus de limite…

Voir aussi : Rubrique finance, L’Europe en mode rigueur ,rubrique économie l’UE répond aux marchés, On line la dette publique française,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>