L’urgentiste Patrick Pelloux s’inquiète de la marchandisation des offres de soin

pelloux-urgence

Patrick Pelloux : de l’urgence médicale à l’urgence sociale.

Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes hospitaliers de France, a une première fois délaissé les brancards pour alerter les médias des conséquences de la canicule sur les services hospitaliers en 2003. Depuis, il continue d’alimenter une chronique sur ses anecdotes de travail dans les colonnes de Charlie Hebdo. En 2007, elles ont été réunies dans un ouvrage, Histoire d’urgences, dont le tome 2 vient de paraître (éditions les Echappés. A cette occasion, Jean-Claude Gayssot, président de l’association Edec (Economie, développement et citoyenneté) l’a invité à prendre la tribune lors d’une rencontre-débat* sur le thème  » La santé n’est pas une marchandise ».

« La santé est-elle une marchandise ?

Oui, elle est devenue une marchandise. Progressivement, on en a fait un objet économique, coté en bourse, avec des intérêts financiers au plus haut niveau, notamment dans l’industrie pharmaceutique comme on a pu le voir lors de la grippe A. Et ça va continuer, en particulier avec les migrations démographiques liées aux changements climatiques qui auront des conséquences sur la santé et donc des conséquences économiques importantes.

En France, la loi Hôpital, patients, santé, territoires (HPST) participe-t-elle à ce processus de marchandisation ?

On le voit surtout avec la bascule des soins dans le secteur privé lucratif. Aujourd’hui, 80% de la chirurgie ophtalmologique se fait dans les cliniques privées. Celles-ci ne sont d’ailleurs quasiment plus détenues par untel ou untel mais rachetées par de grands consortiums financiers, souvent des multinationales. Ca veut dire qu’il est possible de faire de l’argent sur la santé, ce qui est totalement contradictoire avec les premiers textes sur la sécurité sociale.

Depuis votre première sortie médiatique lors de la canicule en 2003, la situation a-t-elle empiré ?

Les choses se sont accélérées. D’ailleurs, d’après les échos que j’ai eus de la commission santé du parti socialiste, je ne suis pas sûr qu’il revienne un jour en profondeur sur la loi HPST. Une pensée économique et sociale de la santé est née et il est très difficile d’aller contre la pensée unique. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe en Ile-de-France où le nouveau président de l’ARS (Agence régionale de santé, ndlr), ancien ministre PS, applique doctement la loi HPST. On entend partout que l’hôpital est mal organisé, mais on n’a pas arrêté d’y fermer des lits, comme une application à l’avance de la loi HPST. Ca n’a pas réglé les problèmes de déficit. C’est bien la preuve qu’il y a quelque chose qui ne marche pas dans cette politique, mais aujourd’hui, même le domaine de la santé est devenu un objet de concurrence.

Se soigner est-il devenu un luxe ?

Ca devient de plus en plus cher. Nous sommes un des pays où nous cotisons le plus et où nous sommes le moins remboursés. C’est devenu très difficile entre les dépassements d’honoraire, les déremboursements…

La France a donc perdu son statut de pays où l’on peut se soigner ?

En tout cas nous ne sommes plus le modèle. Dans le classement européen, nous sommes passés de la 10ème à la 18ème place. Le gouvernement s’est empressé de dire que les critères d’évaluation avaient été changés. Mais c’est totalement faux, cette étude est menée par un organisme indépendant.

Est-on arrivé à un point de non retour ?

Les choses ne sont jamais totalement perdues. On voit comment depuis 2002, la politique néo-libérale a cassé tous les services publics. Mais nous vivons dans un pays qui a été capable de se reconstruire après des chaos insensés. On a toujours su rebondir. On est dans une période abjecte, mais il ne faut pas perdre espoir.

Que faut-il faire pour améliorer la situation ?

En ce qui concerne le problème économique, c’est à la classe politique de définir ses attentes et de continuer à abreuver ses pensées. Quant au problème médical, je crois que la médecine est malade de son élite. Il faut un bouleversement du statut hôpitalo-universitaire. Le pouvoir a voulu moderniser sur le modèle des entreprises, notamment avec les fameux  » pôles hospitaliers « . Mais c’est une chose qui n’est pas valable pour l’hôpital. On a voulu faire des grands systèmes, alors que tous les grands systèmes (EADS, France Telecom, …) reviennent à de petites structures.

La formation des médecins est également trop longue, les jeunes ne sont pas insérés dans le travail assez tôt, ni rémunérés assez tôt. Il faudrait une base de formation médicale continue qui ne pourrait se faire que dans le cadre universitaire et pas dans l’industrie pharmaceutique. L’émergement de la solution, il est là.

Quant à l’élite de la médecine, elle doit cesser immédiatement d’être aussi narcissique et hégémonique dans la façon de penser. Un même médecin ne devrait plus pouvoir porter toutes les casquettes et passer sa vie dans un avion pour aller de conférence en conférence. On est à l’époque du partage. On n’est plus à celle du cumul des mandats. Enfin, il faut renforcer le droit des femmes dans la médecine. Il n’y a qu’une seule femme à l’Académie, ce qui montre bien le retard de féminisation de notre métier. Je connais encore des gens qui refusent de recruter des femmes à l’hôpital ou ne le font qu’à condition qu’elles acceptent de ne pas tomber enceinte. C’est inadmissible. « 

Recueilli par Marine Desseigne (L’Hérault du jour)

*La rencontre avec Patrick Pelloux a été annulé en raison des perturbations occasionnées par les mouvements sociaux.

Voir aussi : Rubrique Info locale Sécu : la moitié des accueils itinérants va disparaître Santé CME documents externes, La Loi bachelot et l’indépendance des professionnelles, rubrique Justice Loi bachelot Les rejets du Conseil constitutionnel rubrique Médias Siné libre combat à coups de crayon,

Une réflexion au sujet de « L’urgentiste Patrick Pelloux s’inquiète de la marchandisation des offres de soin »

  1. Juste dire merci à Patrick Pelloux de partager son indignité avec la nôtre.En suisse ce n’est pas mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>